Micheline PRAHECQ, Conseillère générale

Les associations ont besoin de reconnaissance

Le par

aide-association-150x150Après une série d’assemblées générales récentes je me suis interrogée sur le fait que les réunions sont de plus en plus longues. Souvent plusieurs.
Les rapports d’activités sont l’occasion de donner beaucoup de détails comme si le public présent ne connaissait pas l’activité de l’association.
Souvent la parole est donnée aux personnels qui expliquent leur quotidien. C’est très intéressant et valorisant pour ceux qui travaillent dans l’ombre et que l’on n’entend pas souvent.
Mais tout s’ajoute et les présidents et directeurs n’en raccourcissent pas pour autant leurs interventions.
J’explique cela par le fait que les financeurs sont de plus en plus exigeants et soupçonneux et donc il y a un souci de justification du service rendu.
Mais je crois aussi qu’il y a un besoin de reconnaissance : très compréhensible vu le travail essentiel des associations dans notre société où tant de gens souffrent.
Loin de moi un quelconque jugement ou regret mais plutôt une prise de conscience qui conforte mon point de vue : le soutien financier est indispensable mais notre présence signe de reconnaissance l’est tout autant.

Sur le même thème, lire aussi :

Je viens de recevoir la médaille des membres du Conseil d'Administration des Pompiers du Loiret, avec beaucoup d'émotion. J'ai toujours
Le par

Les derniers contenus multimédias